Fractures non accidentelles (trauma X, syndrome deSilvermann) - AMC Pédiatrie Locomoteur


Titre: AMC Pédiatrie Locomoteur - Fractures non accidentelles (trauma X,
syndrome deSilvermann)
Diagnostic: Fractures non accidentelles (trauma X, syndrome deSilvermann)
Auteur: JEQUIER Sigrid
Commentaire: Dfouni N / Spadola L
Hôpital: HUG
Département: Département de Radiologie
Date: 21.03.2003
ID: 3977
KeyWords: maltraitance, Syndrôme de Silvermann
Anatomie: squellette
Chapitre: Fractures
ACR: 4.4915


Clinical Presentation: Cas 1. Nourrisson de 4 mois qui aurait faitun arrêt
cardio-respiratoire à domicile. Cas 2. Enfant de 2 moisqui ne bouge plus son genou
gauche. Cas 3. Nourrisson de 11 moisqui ne bouge plus son bras D. Cas 4. Nourrisson de
trois mois quine bouge plus son bras G. Cas 5. Enfant de trois mois. Chute de latable à
langer. Cas 6, 7, 8 et 9 : Enfants avec troublesneurologiques divers (troubles de
lavigilance)
Commentaire: Les victimes sont généralement des petits enfants, desnourrissons
en majorité et ils sont souvent amenés aux urgencespour des raisons diverses non reliées
à un traumatisme, comme unretard staturo-pondéral, mauvaise prise de poids, pleurs
fréquentsetc. Le diagnostic de traumatisme non accidentel doit être suspectélorsqu'on
découvre des fractures de côtes sur une radiographie dethorax faite pour n'importe quelle
raison, des fracturesmétaphysaires des os longs, surtout chez des enfants qui ne
sedéplacent pas par eux-mêmes et un hygrome sous-dural chez un enfantamené pour
convulsions. Un enfant battu peut avoir des fracturesidentiques à des fractures
accidentelles qui peuvent se produirelors d'une chute ou autre accident. En l'absence
d'une anamnèseclinique qui expliquerait de telles lésions, un traumatisme X doitêtre
suspecté. Il existe cependant des fractures dites"spécifiques" pour abus d'enfants, qui
sont -les fractures decôtes, -les fractures métaphysaires des os longs, -les fracturespar
compression de la colonne dorso-lombaire chez un nourrissonencore alité et -des
hygromes sous-duraux à l'échographiecérébrale. Ces lésions s'expliquent par un
mécanisme de secoussesviolentes ou de torsions. Il peut y avoir absence
complèted'hématome cutané visible. Ce sont les lésions du système nerveuxcentral qui
mettent en danger immédiat la vie de ces nourrissons.On estime que 10% des morts
subites inexpliquées du nourrisson sontdues à la maltraitance.
Description: Cas 1. Multilples fractures de côtes d'âges variables,avec plus ou
moins de cals osseux, bilatérales. Ces fractures sefont par compression des côtes et
secoussses (accélération,décélération). Une compression seule ne suffit pas pour
fracturerles côtes. Même une réanimation vigoureuse après arrêtcardiorespiratoire ne
produit pas de fractures de côtes. Cas 2.Fracture métaphysaire du fémur distal. réaction
périostéeasymétrique du tibia, témoignant d'une hémorragie sous-périostéerépétée chez
ce bébé. Cas 3. Fracture métaphysaire de l'humérusproximal. Elargissement de la plaque
de croissance. Petitsfragments d'os spongieux primaires métaphysaires. Cas
4.Fracturediaphysaire du radius, en voie de consolidation, et fracturesrécentes
métaphysaires du radius et cubitus distal Cas 5. Fracturedu crâne, fronto-pariétal, avec
diastase de plusieurs mm entre lesfragments. Seule une force violente peut produire une
fracturepareille. Une chute d'une table à langer en général n'entrainequ'une fracture "en
cheveu" (si fracture). Cas 6. L'IRM montre unépanchement sousdural bilatéral avec
couches de liquidespéricérébrales de densités différentes: liquide noir (sérique) au"centre"
provenant d'anciennes hémorragies et couche de liquidedense périphérique
d'hémorragies récentes. Il y a également unepetite hémorragie parenchymateuse
temporale droite. Cas 7. CT :Oedème cérébral massif de l'hémisphère droit. Hémorragie le
long dela tente cérébrale. (Cet enfant n'a pas survécu a ce trauma) Cas 8.IRM.
Hémoragie cérébrale récente (hyperintense) droite, oedèmecérébral gauche, hygrome
sousdural bilatéral.


Ordre: 17
Dislocation: 0
Polytraumatisé: 0
Ouvert: 0
Pathologic: 0
Opération: 00.00.00
Graft: 0


Références: Réf. PK Kleinman. Diagnostic imaging of child abuse.Williams &
Wilkins, Baltimore 1987, ed TH Grayson.

Images and Videos

Case Comments:

  • No comments yet