Kystes osseux - AMC Pédiatrie Locomoteur


Titre: AMC Pédiatrie Locomoteur - Kystes osseux
Diagnostic: Kystes osseux
Auteur: JEQUIER Sigrid
Commentaire: Dfouni N / Spadola L
Hôpital: HUG
Département: Département de Radiologie
Date: 21.03.2003
ID: 3979
KeyWords: kyste osseux, anévrysmal, juvénile,uniloculaire
Anatomie: squelette
Chapitre: Tumeurs bénignes
ACR: 4.318


Clinical Presentation: Cas 1: Garçon de 9 ans avec douleurs à lacheville suite à
un trauma mineur. Cas 2: Garçon de 12 ans avec desantécédents de fracture de
l'humérus, douleurs intenses aprèstraumatisme mineur.
Commentaire: Le kyste anévrismal est une lésion osseuse tumorale dusujet jeune
entre 5 et 20 ans, à localisation préférentiellemétaphysaire des os longs et de l'arc
postérieur du rachis, lekyste anévrismal est considéré comme une dystrophie vasculaire
ouune malformation artério-veineuse survenant sur une lésion osseuse.Présentation
clinique : Douleurs irrégulières, parfois pulsatiles,exacerbées par l'effort. Les fractures
pathologiques sont rares,mais possibles. Manifestations radiologiques : Variables selon
lataille de la lésion. Lacunes homogènes ostéolytiques si le kysteanévrismal est petit. Plus
grand, il peut dépasser les 6cm dediamètre, il se manifeste par une soufflure de l'os de
façonexcentrée. Cortex en coquille d'oeuf, parfois même invisible s'ilne reste que du
périoste. Hyperactivité à la scintigraphie. Le CTmontre les contours et la topographie
exacts de la lésion et lacomposition des logettes internes de densité différente.
Ceslogettes sont également visibles à l'échographie qui peut êtreutile lorsque le cortex est
très mince et laisse passer le son.L'IRM permet de distinguer les niveaux sang/sérum
séparés par descloisons. Histologie : Lésions kystiques, faites de logettesjuxtaposées,
sans membrane sécrétante. Les cavités kystiquescontiennent du sang non coagulé, du
sérum dans les lésions plusanciennes, des septa faits de tissu conjonctif contenant
desfibroblastes, des ostéocytes et des ostéoclastes. Traitement :Résection au curetage
du kyste suivie de bourrage de greffon. Uneembolisation a été proposée récemment
comme alternative et/ou uneradiothérapie à faible dose (10 à 10gy) quand la localisation
rendune chirurgie impossible. Le kyste juvénil : Lésion lytique,centrale, soufflant l'os,
érodant le cortex depuis l'intérieur sansle détruire ni provoquer de réaction périostée.
Présentationclinique d'un kyste juvénile : trouvaille fortuite ou lors d'unefracture
pathologique Ces fracture guérissent d'habitude sansproblème. Le kyste peut disparaître
après fracture ou, en cas derécidive, nécéssiter un traitement orthopédique par injection
d'unesubstance sclérosante ou par curetage et insertion degreffons.
Description: Cas 1: Rx cheville: lacune osseuse à rebords biendéfinis et
légèrement sclérotiques, à localisation métaphysaire,avec qq septations internes.Le cortex
est mince, en "coquilled'oeuf". Le contenu est du liquide clair, sans calcification. Lecalibre
de l'os atteint est légèrement "soufflé". Absence d'uneréaction périostée. Pas se masse
de tissus mous. La lésion paraitdonc bénigne. L'IRM en T1 montre des compartiments à
l'intérieur dela lésion avec niveaux liquidiens de densités différentes, crééspar des
couches de produits de dégradation sanguine plus ou moinssédimentées. L'hémosidérine
et autres composantes de sang dégradése trouvent au fond, le sérum au dessus. L'IRM
en T1 aprèsinjection de gadolinium (produit de contraste IRM paramagnétique)montre un
réhaussement du contenu de la lésion. Le gadolinium sediffuse dans l'espace
extra-cellulaire et s'accumule dans un kysteanévrysmal, alors qu'il ne réhausse que la
membrane externe d'unkyste juvénile et pas son contenu. Cas 2. La diaphyse proximale
estsoufflée, le cortex est érodé et mince et entoure une large lacuneosseuse translucide. Il
s'agit d'un kyste juvénile bénin, lésiongénéralement asymptomatique jusqu'au moment o*
survient unefracture. Ces fracture guérissent d'habitude sans problème. Lekyste peut
disparaître après fracture ou, en cas de récidive,nécéssiter un traitement orthopédique par
injection d'une substancesclérosante ou par curettage et insertion de greffons. La
réactionpériostée en bas de la lésion est unilamellaire et date d'uneancienne fracture
consolidée. Recidive d'une fracture pathologiqueà travers un kyste juvénile uniloculaire
de l'humérus proximal lorsd'un traumatisme mineur.


Ordre: 24
Dislocation: 0
Polytraumatisé: 0
Ouvert: 0
Pathologic: 0
Opération: 00.00.00
Graft: 0


Références: Réf. Pierre Maroteaux. Les maladies osseuses del'enfant, 3ème
édition. Médecine-Sciences Flammarion, 1995,p.554-556.

Images and Videos

Case Comments:

  • No comments yet